mardi 29 mai 2012

Théâtre : La costumière

Adèle et la pacotilleuse sur la scène du CMAC (Martinique)

La pièce de théâtre La costumière sera représentée Vendredi 1er juin et samedi 2 juin à 20h00 au CMAC, scène nationale. Mise en scène par Annick Justin-Joseph, dramaturge martiniquaise, la pièce s'inspire du célèbre roman de Raphaël Confiant Adèle et la pacotilleuse.
 
"La lecture proposée, inspirée de l’ouvrage de Raphaël CONFIANT, ADELE ET LA PACOTILLEUSE,  interroge des histoires individuelles et peu banales qui croisent le temps du spectacle, une mise à nu de nos réalités d’exil et de combat, la mise en relation de  mondes différents :
           La vieille Europe, le Nouveau Monde
           Un monde de femmes, avec pour socle les personnages d’Adèle et de la pacotilleuse,
Monde où la raison bascule vers La folie, à travers l’amour pur et obsessionnel d’une jeune femme, belle, musicienne, éprise d’un homme qui l’a délaissée… Adèle n’est en outre rien moins que la fille d’un des plus grands génies de son temps, à savoir l’écrivain Victor HUGO.
Monde fictionnel d’une traversée romanesque qui fraie avec les assignations de l’espace théâtral..
La musique sous-jacente à ces mondes, les costumes, le gestus, les rythmes, les saveurs du parler, posent dans l’atelier d’un personnage lui aussi féminin, celui d’une costumière que le public jamais ne voit, une sorte de tracée distincte de la fenêtre du film ou du roman."
Annick JUSTIN JOSEPH
Après l'adaptation cinématographique de François Truffaut L'histoire d'Adèle H puis le roman de Raphaël Confiant précité, la vie de la fille de Victor Hugo, racontée dans son journal intime, continue d'inspirer les artistes et se voit donc maintenant portée à la scène, tissant des influences, des continuités et traçant de nouveaux chemins pour nos imaginaires. 
          Tarifs, réservations : Contactez le CMAC au 05 96 70 79 29

AP


Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2012/05/theatre-la-costumiere.html

jeudi 24 mai 2012

Habitation Loyola

L'habitation Loyola  est fondée en 1668 par des jésuites à Rémire en Guyane Française.

Son nom viendrait d'ailleurs d'Ignace de Loyola, saint patron des jésuites. Cette habitation est tout particulièrement imposante, puisqu'elle occupe plus de 1 000 hectares, regroupe 500 esclaves et produit la moitié du cacao et du café de la colonie.

Vue cavalière de Loyola vers 1730 (Hébert, Cartouche d’une
carte de l’île de Cayenne, Vincennes, S. H. A. T. 7f. 62.
Loyola est l’habitation modèle, celle qu’il faut visiter lors d’une escale en Guyane, elle hébergera donc deux grands personnages de passage en Guyane : le savant Charles Marie de La Condamine et le botaniste Jean Baptiste Christophe Fusée-Aublet (prochainement en ligne).
Yannick, Leroux, Réginald Auger, Nathalie Cazelles (U. Toulouse), Georges Lemaire (SRA Guyane) Emmanuelle Loes (U.Amsterdam), Jean-Paul Pascual, (EHESS), Maggy Bernier et Nathalie Croteau (U Québec) ont organisé des fouilles archéologiques de ce vaste domaine dirigé par des religieux. L'ensemble des résultats sont disponibles dans la rubrique des bilans scientifiques sur le site de la Direction des Affaires Culturelles de la Guyane.
 


Cette monographie s’intéresse aux aspects matériels et humains de cette habitation, qui remonte à 1668 et s’achève près d’un siècle plus tard avec l’expulsion des jésuites de Guyane en 1764. Après le départ des religieux, différents propriétaires tenteront d’exploiter, avec des succès divers, cet important héritage foncier. Dans cet ouvrage, les auteurs, Yannick Le Roux, Réginald Auger et Nathalie Cazelles ont voulu contribuer, en recourant à une abondante illustration, à la connaissance de l’histoire matérielle de la Guyane, encore très méconnue, à l’intérieur de l’ensemble colonial français.

 
  
MG

Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2012/05/habitation-loyola.html

lundi 14 mai 2012

Frontière Franco-Brésilienne

Différend frontalier entre la France et le Brésil

La délimitation de la frontière entre la Guyane française et le Brésil a été difficile à fixer puisque la thèse française était que le fleuve Amazone constituait la limite territoriale du sud de la Guyane et celle du Brésil penchait pour l’Oyapock.

Partie de terre ferme au font Guiane et Caribane
.Sanson, Nicolas (1600-1667)
En 1894, des gisements aurifères sont découverts sur le territoire Contesté et attirent de nombreux migrants. Ce territoire est alors administré par la France et par le Brésil par des représentants des deux pays. En 1895, le capitaine Trajane représentant de la France à Counani est pris en otage et conduit à Mapa. Rapidement, un détachement part de Cayenne pour tenter de libérer Trajane, seulement, lors de la tentative de négociation ils tombent dans une embuscade. Il s'en suit une bataille où le capitaine d’infanterie de marine Lunier ainsi que six de ses hommes furent tués, tandis que les adversaires comptabilisèrent plus de soixante morts. Fracas médiatique international, le Conseil Fédéral helvétique est chargé d’arbitrer le différend franco-brésilien. Le 1er décembre 1900, il accorda la totalité du territoire contesté au Brésil, décision à laquelle se soumirent les deux parties, mettant ainsi fin à un différend frontalier de plusieurs siècles.

Les documents utilisés lors de l'arbitrage ainsi que la sentence sont disponibles sur Manioc, en cliquant ici.

MG

Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2012/05/frontiere-franco-bresilienne.html

mardi 8 mai 2012

Eruption de la Montagne Pelée

110 ans plus tard : le patrimoine numérique de la catastrophe

Photographies et ouvrages anciens en ligne nous rappellent la plus terrible catastrophe naturelle qui a ébranlé la Martinique. Le 8 mai 1902, l'éruption de la Montagne Pelée balayait la ville de Saint-Pierre, faisant environ 30 000 morts...

La bibliothèque numérique Manioc propose de nombreux documents accessibles gratuitement en texte intégral : témoignages de l'époque et études contemporaines, voici une petite sélection.

Ouvrages anciens
  •  Heilprin, Angelo (1853-1907). The eruption of Pelée : a summary and discussion of the phenomena and their sequels. Lippincott, 1908. Provenance : Université des Antilles et de la Guyane. Service commun de la documentation. Accès : http://www.manioc.org/patrimon/HASH0a691d818470fe033d61ec
  • Hess, Jean (1862-1926). La catastrophe de la Martinique : notes d'un reporter. Charpentier et Fasquelle, 1902. Provenance : Université des Antilles et de la Guyane. Service commun de la documentation. Accès : http://www.manioc.org/patrimon/HASH01f397f0194a5e10bda154f9
  • Lambolez, Charles (1847-) Coeur créole (pseudo). Saint-Pierre-Martinique 1635-1902 : Annales des Antilles françaises - Journal et album de la Martinique, naissance, vie et mort de la cité créole - livre d'or de la charité. Berger-Levrault, 1905. Provenance : Université des Antilles et de la Guyane. Service commun de la documentation. Accès : http://www.manioc.org/patrimon/HASH01914504e0d9a3778d6bd871
  • Philémon, Césaire. La Montagne Pelée et l'effroyable destruction de Saint-Pierre (Martinique) le 08 mai 1902. Le brusque réveil du volcan en 1929. Paris : Impressions Printory et Georges Courville, libraire, 1930. Provenance : Réseau des bibliothèques, Ville de Pointe-à-Pitre. Accès : http://www.manioc.org/patrimon/PAP11055
Travaux de recherche contemporain
  • Lalubie, Guillaume. La modélisation spatio-temporelle des paysages volcaniques dans la Caraïbe insulaire : cas de la Montagne Pelée. Extrait de : Colloque pluridisciplinaire "Paysages et biodiversités de la Caraïbe et des Guyanes", 7-10 décembre 2010. Université des Antilles et de la Guyane, Faculté des Lettres et sciences humaines, campus de Schoelcher, Martinique. Université des Antilles et de la Guyane ; IRD : Institut de Recherche pour le Développement. Accès : http://www.manioc.org/fichiers/HASH01214510329afdd1b1a38b2c 
  • Lesales, Thierry. L'inégalité des territoires insulaires de la Caraïbe face aux menaces volcaniques. Études caribéennes, Août 2007. Accès : http://etudescaribeennes.revues.org/316 
 AP




Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2012/05/eruption-de-la-montagne-pelee.html