mercredi 20 juillet 2016

Rétrospectives vidéos 2015

Manioc je me souviens ...



Manioc vous propose de visionner toutes les manifestations (colloques, conférences, journées d'études, cafés littéraires, séminaires ...) qu'elle a filmé l'année dernière ! A ce jour Manioc possède plus de 1840 vidéos touchant différentes thématiques comme l'histoire, la géographie, l'économie, la littérature antillaise et caribéenne, la musique, la danse traditionnelle, l'archéologie, la biodiversité, l'écologie ou l'urbanisme... L'équipe Manioc est très fière de vous proposer ces vidéos et nous remercions tout particulièrement les intervenants qui ont acceptés notre démarche : faire découvrir et valoriser le patrimoine et la recherche scientifique de l'université  ! Nous espérons que le cru 2016 sera encore meilleur ! 




Manioc  

Histoire 

Littérature 

Habitat 

Environnement 

Arts (cinéma, danse, musique)

Divers 


Bon visionnage ! 
C.P.

Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2016/07/retrospectives-videos-2015.html

jeudi 7 juillet 2016

Séminaire : La révolution française et les colonies

Vidéos en ligne sur Manioc.org !



Le grand séminaire sur : "La révolution française et les colonie" est enfin en ligne sur manioc.org. 
Les 4e rencontres internationales ont eu lieu en mai dernier en Martinique autour de la question : "Couleur et liberté dans l'espace colonial français (177-1815)".


"À ce titre qui rend écho à l’ouvrage publié, il y a presque un demi-siècle, par Yvan Debbasch sur les interactions entre couleur et esclavage, ont été rapportées deux dates qui ont paru prévaloir outre-mer où, le premier empire français vacillant, les formes les plus radicales d’encadrement ont été mises en place pour sauver la machine coloniale. 1777 correspond bien, dans les Îles comme dans le royaume où les philosophes eux-mêmes ont débattu de la race et du sang, à la mise en place de cette Police des Noirs qui a renforcé le carcan juridique aux dépens des gens de couleur, pour leur interdire même l’accès au sol de métropole. Mais ce programme inédit, produit d’une réflexion engagée par des gouvernants qui, en soutenant l’institution servile admise sous l’influence des milieux d’affaires comme seule à pouvoir fonder l’économie des colonies, a proscrit jusqu’aux unions mixtes, s’est trouvé malmené dans la difficulté à circonscrire une population de couleur qu’il était devenu plus délicat, du fait de l’expansion coloniale et du métissage, à définir qu’aux premiers temps du Code Noir. La guerre d’Amérique sapant cet échafaudage juridique, l’œuvre révolutionnaire n’a de là émancipé politiquement les libres, puis les esclaves, que pour se heurter à des forces qui, servant le milieu colon, ont finalement rétabli sous de nouvelles formes le système dans ce qui restait de l’empire français stabilisé en 1815.
C’est tout l’intérêt de cette période transitoire qui, au prisme de couleurs qui ne pouvaient plus fonder une politique ségrégationniste tranchée, interroge sur le renouvellement d’une sémantique, d’un droit et d’une perception qui ont dû prendre en compte l’apparition de nouvelles formes de liberté, à l’heure où la redistribution des espaces coloniaux défavorisait le domaine français." 


C.P.


Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2016/07/seminaire-la-revolution-francaise-et.html

lundi 4 juillet 2016

Focus Manioc : 1er juillet 1863

1er juillet 1863 : Abolition de l'esclavage aux Antilles et Guyane hollandaises


"Vente d'esclaves"

A l'occasion de la commémoration de l'abolition de l'esclavage aux Antilles et en Guyane hollandaises, Manioc vous propose de découvrir des documents en relation avec le Surinam. Ancienne colonie occupée tour à tour par des puissances européennes et notamment par les anglais puis par les néerlandais, le Suriname, est devenu un état indépendant le 25 novembre 1975, après une transition entamée en 1954 avec le gouvernement des Pays-Bas. 


Petit Rappel :
"Les colonies néerlandaises d'Amérique sont parmi les dernières à abolir l'esclavage aux Antilles, alors que les Haïtiens se libèrent définitivement de la servitude en 1804, que les Anglais abolissent l'esclavage en 1833, puis les Français en 1848. Après une loi d'abolition progressive en 1847, les Danois émancipent définitivement les esclaves en 1859. Les colonies néerlandaises sont alors les dernières, avec les colonies espagnoles – Cuba, Porto Rico, Saint-Domingue –, à maintenir ce système esclavagiste. Si dans la partie hollandaise de Saint-Martin, les esclaves sont cependant libres de fait depuis 1848 et l'abolition décidée par la France, les autres îles – Aruba, Bonaire, Curaçao, Saba et Saint-Eustache – comptent toujours 8000 esclaves, et la Guyane hollandaise – futur Suriname – en abrite 40 000.
En plus des pressions diplomatiques, les esclaves surinamais multiplient les révoltes et grèves après 1848, et malgré les tentatives de réforme du système par les autorités néerlandaises à partir de 1851, le Royaume des Pays-Bas décide d'abolir définitivement l'esclavage en 1863. Cependant, la conquête de la liberté fut progressive, avec une période ''d'apprentissage'' et il faut attendre 1873 pour qu'elle soit complète".


Livres anciens :


Vidéos :


Bonne lecture !
C.P. et F.V.


Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2016/07/focus-manioc-1er-juillet-1863.html