jeudi 1 décembre 2016

Manioc : la barbe !

  Revue de barbes...


Avec le décès de Fidel Castro, c'est tout un pan de l'histoire de la pilosité dominante qui disparait. Symbole de sagesse chez les Grecs, signe de ralliement d'une certaine gauche au mitan du 19ème siècle, marque visible de dévotion au Prophète dans la tradition musulmane, la barbe est le média intemporel par excellence. En hommage à cet attribut singulier-masculin, Manioc vous propose trois des meilleures barbes disponibles dans ses collections.


In "Excursion dans l'Eldorado", 1904 

Contre toute apparence, cet homme n'est pas le frère jumeau du Lider Maximo posant au coeur de la Sierra Maestra avant la bataille. 

Il s'agit de l'explorateur français Lucien Morisse, médecin de son état, qui parcourut l'Amazonie pendant des années. 

Il en tira notamment un travail d'étude dont on ne sait quel usage en fut fait, publié en 1908 dans un rapport intitulé : " Recherches et expériences sur le caoutchouc. Le latex, son utilisation directe dans l'industrie"...








Ici, le style général est moins débraillé, la barbe en phase avec une conception plus assise de l'action publique. 

Voici Ernest Deproge (1850-1921), avocat et député de la Martinique, qui commença à l'extrême gauche puis devint une des figures de l'assimilationnisme...












L'homme représenté ci-dessous est dénommé prédestinément "Barbès", et il s'agit en effet du personnage ayant donné son nom a une fameuse et populaire artère parisienne, desservie par la station de métro du même nom. Là encore, que d'épaisseur historique dans cette démonstration de pilosité... Armand Barbès (avec l'accent svp), né à Pointe-à-Pître, fut une des figures de la gauche révolutionnaire aux côtés de Blanqui. En 1840, ses menées subversives le conduisirent à la déportation. Quelle barbe !


In "La Guadeloupe : leçons d'histoire locale"





POA


Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2016/12/manioc-la-barbe.html

0 commentaires:

Publier un commentaire