Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Donnez votre avis et partagez vos idées pour construire avec nous la prochaine version de la bibliothèque numérique Manioc.
Pour que la future version soit plus adaptée à vos besoins, il nous faut mieux connaître vos pratiques, vos besoins et vos attentes. L'enquête est ouverte jusqu'au 10 juillet. Les résultats seront consultables en temps réel.
Répondez à l'enquête (en quelques minutes, moins de 10 questions).

mardi 10 janvier 2017

De la rue Lauriston au rocher du Diamant

Regard sur Lauriston


Né à Pondichéry en 1786, mort Paris en 1828, Jacques Alexandre Bernard Law, marquis de Lauriston, ne connut rien du choix de la Geheime Staatspolizei (police secrète d'Etat du Troisième Reich) d'établir, de 1941 à 1944, ses quartiers parisiens au 93 rue Lauriston, au coeur du très chic 16ème arrondissement...


Que de résistants, d'opposants, de juifs  livrés au sadisme sans limite des chefs de la Gestapo Lafont et Bonny, et de leurs séides ! En 2004, un film qui connut un certain succès ("93, rue Lauriston") s'attacha à mettre en scène le souvenir de ce lieu funeste et de ses tristes acteurs.

On dit "rue Lauriston" pour évoquer la Gestapo avec la même facilité de langage dont on use pour désigner, par le nom de l'artère ou du secteur qui les abritent, tel monument célèbre ou telle institution connotée: "Le Quai d'Orsay" vaut surnom d'office pour les Affaires étrangères, comme naguère vouer quelqu'un à "Charenton" était renvoyer l’intéressé à sa folie et le désigner ainsi comme chaire à camisole pour le célèbre asile psychiatrique située dans cette zone du Val-de-Marne [l'équivalent martiniquais serait l'hôpital de Colson]...



Il y a pourtant  une autre dimension historique à accorder à ce marquis de Lauriston que ce voisinage douteux avec les pires crapules de l'Occupation. Comme nous l'indique  France pittoresque ou Description pittoresque, topographique et statistique des départements et colonies de la France, Lauriston a laissé son empreinte dans l'histoire de la Martinique d'une manière plus glorieuse.


Général de division en 1805, ce militaire de carrière fut de ceux qui, la même année, dans le cadre d'une expédition sur fond de guerre franco-anglaise aux Antilles, participèrent à la prise du rocher du Diamant (Martinique), occupé depuis 1804 par une garnison britannique, et réputé imprenable. Déjà des histoires de résistance et d'occupation... Décédé en 1828, Lauriston est inhumé au Père Lachaise.







Tiré de l'ouvrage "Les Antilles filles de France :
 Martinique, Guadeloupe, Haïti
" (p. 105)
Pour les non connaisseurs, voici, à l'appui de l'illustration ci-dessous, une brève présentation de cette "petite île inhabitée située dans la mer des Caraïbes au sud-ouest de la Martinique" dont les enjeux  géostratégiques dépassaient alors le simple agrément touristique...















P.O.A


Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2017/01/de-la-rue-lauriston-au-rocher-du-diamant.html

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire