jeudi 14 décembre 2017

Le bagnard Auguste Liard-Courtois

La vie d'un bagnard ...



Source Manioc 
Peintre décorateur et militant anarchiste, Auguste Liard-Courtois (1862-1918) est condamné à cinq années de travaux forcés en 1894.
De retour en France, il écrit un ouvrage Souvenirs du bagne dans lequel il décrit les conditions du régime disciplinaire dans les pénitenciers de la Guyane Française, où il côtoie notamment Clément Duval, un anarchiste français, membre du groupe "La panthère des Batignolles". Un ouvrage intéressant sur la survie quotidienne au bagne, paru pour la première fois en 1903 et faisant ainsi le récit des innombrables humiliations et tortures infligées aux prisonniers, réduits à l’état d’esclaves, dont voici quelques extraits choisis :
"Il manque un homme à notre groupe ; il est mort pendant la nuit et son cadavre est resté dans un coin de la case [...] et sa dépouille sera jetée à la mer sans autre formalité. A l'appel de son nom ou de son numéro, chaque homme fait un pas à droite, et quand tout le peloton a suivi le mouvement, on forme les "chantiers" ou "corvées", qui vont se disperser sur les divers points de l'île, sous la surveillance des gardiens et des contremaîtres. L'opération de classement dure environs vingt minutes pendant lesquelles je puis observer les malheureux... [...] La plupart sont maigres et défaits ; leur visage hâve fait peine à voir, et leurs membres décharnés et grèles sembles inaptes à tout travail. Ils ne sont qu'à moitié vêtus et le peu de linge qu'ils portent est en loques" ; tous sont nu-pieds". (p. 141).
"[...] Si l'on revient de la visite du médecin avec un "non malade" en regard de son nom, cela vous expose à une peine variant, suivant l'humeur du commandant, de quinze à soixante jours de cellule. Et l'homme puni de cellule, privé de hamac, couche sur la planche, les pieds attachés, ne reçoit comme nourriture qu'une ration de pain, un demi-litre d'eau par jour et une soupe tous les quatre jours. Dans ces conditions, on comprend qu'il faille ne plus pouvoir tenir debout pour oser demander à voir le médecin." (p.142)

Ce récit est un des témoignages de transportés les plus complets : l’auteur aborde la majorité des aspects de la vie quotidienne du bagnard (la correspondance, les journaux...) et cite de nombreux textes légaux et documents officiels ; anecdotes et personnages, offrant un tableau saisissant du bagne guyanais.
 "La plupart des convois sont décimés dès leur arrivée dans la colonie. La fièvre, l'insolation, la dysenterie, la gangrène, l'insuffisance et la mauvaise qualité de l'alimentation sont les principaux agents de mortalité. la  nostalgie et l'hypocondrie font aussi de fréquentes victimes. [...] Ceux qui ont été assez robustes, assez résistants, pour supporter le premier choc, succombent parfois du fait de mauvais traitements ; d'autres s'éteignent à l’hôpital [...] Il y a enfin ceux qui tombent sous la matraque des contremaîtres ou le revolver des surveillants".  [...] Si l'on apportait un peu d'humanité dans le traitement et d'assiduité dans les soins médicaux, la mortalité serait enrayée dans de notables proportions. Mais le gibier de bagne n'est pas digne d'intérêt ; on le déporte pour qu'il meure. (p. 263-264)
"A Rémyr, la bête infernale était [..] Alari qu'on a surnommé "le Fléau". Voici l'un de ses exploits [...] : afin d'échapper aux persécutions incessantes dont ils étaient l'objet de la part de cet être féroce, cinq condamnés s'évadèrent un jour du chantier. Mais ils furent dès le lendemain reconduits au chantier par des noirs qui leur avaient barrés la route. Le Fléau fit d'abord attacher les cinq fugitifs, puis ayant fait venir des contremaîtres arabes, il ordonna la bastonnade. Quand un des ses aides barbares était fatigué, il était immédiatement remplacé par un autre. La chair des victimes se boursouflait sous la pluie de coups et le sang giclait de leurs blessures, éclaboussant les acteurs de cette scène de sauvagerie. Impatienté par les hurlements de douleur des martyrs et jugeant que la mort tardait à venir les délivrer, Alari prit son revolver et se mit en devoir de les achever." (p. 282)
"Las sans doute de tuer par le plomb et par le fer, ce surveillant avait découvert un autre genre de suppression. Un jour, sans que jamais personne sût pourquoi, il fit empoigner un condamné arabe par deux de ses compatriotes, et braquant sur eux son revolver, il ordonna aux trois hommes de marcher devant lui. Il les conduisit ainsi en forêt [...] et les ayant arrêtés, il tint sa victime en joug [...] et commanda aux deux autres de creuser un trou de 6 pieds de long sur une profondeur. Quand il jugea que la cavité était suffisamment grande, il invita l'arabe à s'y étendre. [...] Et comme le malheureux n'obéissait pas , il le fit jeter dans le trou par ses deux frères et... recouvrir de terre entièrement. Il l'enterrait vivant. (p. 282)

Cet ouvrage met en lumière les travers du système judiciaire français de l’époque et permet en outre d’entrevoir plusieurs personnages marquants, tels que les anarchistes Clément Duval et Auguste Vaillant, ou encore Alfred Dreyfus, incarcéré sur l’île du Diable.
Le cas de "Camille Condon, il avait été condamné en 1894, immédiatement après la mort de Carnot,  par la Cour d'Assise du Rhône et envoyé, comme anarchiste, aux îles du Salut. Or, dès la première année de sa peine, on eut la preuve évidente de son innocence, le véritable coupable s'étant lui-même dénoncé. Condon n'en est pas moins resté près de cinq années au bagne". (page 257)

Retrouvez sur Manioc les ouvrages liés à Auguste Liard-Courtois :

Bonne lecture !
C.P.

Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2017/12/le-bagnard-auguste-liard-courtois.html

lundi 11 décembre 2017

Les missionnaires aux Antilles : Pacifique de Provins

Le missionnaire Pacifique de Provins (1588-1648)


Source Gallica 

Les sources narratives du début de la colonisation française sont limitées : le travail des "chroniqueurs" a longtemps représenté la première et principale source de travail des historiens. Manioc vous propose de redécouvrir certains d’entre eux. Notre troisième focus se porte sur le missionnaire Pacifique de Provins.


Pacifique de Provins est un missionnaire Capucin né à Provins en 1588 sous le nom René de l’Escale. Après avoir rejoint les ordres en 1605 à Rouen, il participe à leur développement en France et affirme très tôt son désir de mission. 
Après plusieurs séjours en Orient, il obtient la préfecture des missions des capucins au Canada en 1641 et embarque en 1645 pour la Guadeloupe sur le navire du gouverneur de la Guadeloupe Charles Houel de Petit-Pré. Il accoste sur l'île le 15 mai 1645, et visite les îles de la Martinique, de la Dominique et Marie-Galante.

Il rentre en France en 1646 et prépare de nouveaux projets pour les îles dont l'éducation chrétienne des Indiens en créant des écoles. Cette même année, il publie une relation : Brève relation du voyage des îles de l’Amérique.
En décembre 1647, Pacifique de Provins est établit en tant que Préfet de l’Acadie, de la Dominique, de Marie-Galante, de Saint-Vincent et de la Grenade. 

Entre 1646 et 1647, il prépare avec le baron Dormeilles sa prochaine mission vers les colonies mais celle-ci est abandonnée. Le général de La Fontaine reprend l'expédition à son compte. Ils partent le 4 avril 1648. Mais le voyage est catastrophique : navire en mauvais état, mauvaise gestion, plusieurs fois ils se perdent pour arriver au final le 29 avril au Cap-Vert. Puis le 26 mai de la même année sur les côtes des Guyanes. Pensant être arrivé à l'embouchure du Berbiche, le capitaine souhaite descendre avec une partie de l’équipage faire une reconnaissance. Mais Pacifique de Provins veut l'en dissuader de peur de tomber sur des indiens anthropophages. Mais devant l'obstination du capitaine La Fontaine, il descend avec eux le 31 mai 1648. Après plusieurs jours sans nouvelles, le capitaine Maurice décide de lever l'encre et se rendre en Martinique. Le missionnaire et les reste de l’équipage ne réapparaîtront jamais ... Bien qu’officiellement décédé le 25 septembre 1649, les circonstances de sa mort aux Amériques restent floues.

Sur Gallica :

Pour aller plus loin :
  • Pacifique de Provins et Maurile de St Michel, Missionnaires capucins et carmes aux Antilles, L'Harmattan, 2013, 383 pages.


Bonne lecture !
A.S. et C.P.


Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2017/12/les-missionnaires-aux-antilles.html

vendredi 1 décembre 2017

Nouveautés Manioc

Manioc s’enrichit de jour en jour !



Toute l'équipe Manioc a le plaisir de vous annoncer qu'elle a intégré 29 ouvrages anciens provenant de la bibliothèque municipale de la ville de Bordeaux. Des ouvrages sur l'histoire des îles de la caraïbe comme la Jamaïque, Saint-Vincent, la Martinique mais aussi des pays comme le Brésil ou le Mexique. Des ouvrages anciens datant de la fin du XVIe au XVIIIe siècles sur les plantes médicinales, la navigation, la culture de l'indigo et plusieurs histoires de voyageurs venus découvrir les colonies ... 

Bonne découverte sur manioc.org !



Histoire de la Jamaïque :

Histoire de la Martinique :

Histoire de Saint-Vincent :

Histoire du Mexique :

Histoire du Brésil :

Voyages et découvertes :


L'indigo :

Flibuste et piraterie : 

Plantes médicinales :


Bonne lecture !
C.P.



Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2017/12/nouveautes-manioc.html