Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Donnez votre avis et partagez vos idées pour construire avec nous la prochaine version de la bibliothèque numérique Manioc.
Pour que la future version soit plus adaptée à vos besoins, il nous faut mieux connaître vos pratiques, vos besoins et vos attentes. L'enquête est ouverte jusqu'au 10 juillet. Les résultats seront consultables en temps réel.
Répondez à l'enquête (en quelques minutes, moins de 10 questions).

mercredi 27 février 2013

Décès de l'explorateur Alain Gheerbrant

Entre l'Orénoque et l'Amazone ...

Fameux explorateur de l'Amazonie, Alain Gheerbrant est mort récemment à l'âge de 92 ans. En parallèle à cet article disponible sur le site de la Bibliothèque universitaire Antilles-Guyane, Manioc vous propose quelques ressources pour rendre hommage à son œuvre en évoquant l'exploration et la Guyane.


Images

La cartographie en Amazonie a toujours été une épreuve de par l'opacité de la forêt, les dangers qu'elles renferme, mais aussi les conflits frontaliers. Une meilleure connaissance de l'environnement, mais aussi l'affirmation de la puissance étatique sur un territoire ont donc toujours grandement reposé sur le travail des explorateurs.

Le Maroni




































Livres

Les anciens récits de voyage et/ou d'exploration ont permis à de nombreux européens de se familiariser avec la Guyane et ses environs au cours des siècles passés. Pour les lecteurs contemporains, une analyse à multiples niveaux peut s'intéresser aux registres linguistiques en usage, aux mentalités de l'époque, et à l'impression de découverte qui échappe à nos sociétés cadastrées.

Charles-Philippe de Kerthallet - Instruction pour remonter la côte du Brésil (1841)



L.M.B. - Voyage à la Guiane et à Cayenne (1797)


Arthur Thouar, Théophile Novis - Explorations dans l'Amérique du Sud (1891)


Conférences et débats 


La Guyane au temps de l'esclavage : discours, pratiques et représentations, XVII - XIX siècles.

Les explorations du Maroni du XVIIe au XIXe siècles
Bellardie, Tristan

La place de la Guyane dans l'espace savant des Lumières
Regourd, François

Sur les traces d'Henry Coudreau, 11 Mai 2011, Campus de Troubiran

Les enjeux des explorations en Amazonie
Granger, Stéphane


Articles parus sur le blog de Manioc


Enfin, voici un retour sur d'anciens articles de l'équipe Manioc.

Focus Manioc : Henri Coudreau

La Mataroni, un affluent de l'Approuague !






IP


Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2013/02/deces-de-lexplorateur-alain-gheerbrant.html

mardi 26 février 2013

A l'abordage ! Les pirates de la Caraïbe

Un rappel sur la pratique de la piraterie dans la Caraïbe ...



Les eaux caribéennes évoquent pour beaucoup la mémoire des actes de piraterie. Sur ses étagères virtuelles, la bibliothèque numérique Manioc conserve des images relatives aux faits et méfaits de ces adeptes du brigandage maritime. Ceux-ci ont donné naissance à une descendance fictive de renom, nourrissant amplement l’imaginaire collectif.

Corsaires à l'abordage



Dans la Caraïbe, la piraterie a connu son âge d’or entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Cette activité consistait avant tout à piller les navires marchands en transit entre l'Europe et les Amériques. Pour la plupart, les victimes de ces assauts portaient pavillon espagnol. En effet, l’or du continent sud-américain sous contrôle de la couronne de Castille était source de convoitise pour les autres royaumes européens (principalement l’Angleterre, la France et la Hollande).


De la confusion des genres

Entre le corsaire, le boucanier, le flibustier et le pirate, la confusion est souvent faite. Cela est sans doute dû à la fréquence et à la facilité du passage entre ces activités. Pourtant, il existe bien des nuances entre elles.

Un navire corsaire


Le corsaire est mandaté par une lettre patente de son souverain l’autorisant à attaquer, uniquement par temps de guerre, les flottes battant  pavillon d’Etats ennemis. Arme économique, son usage répandu de la fin du XVIe siècle au début du XVIIIe siècle tentait par ces escarmouches de faire plier la toute puissance de l'Empire espagnol. Les liens avec le circuit commercial "normal" étaient indispensables à l'écoulement des marchandises. Il y a donc une nuance assez légère entre la "course" et la "piraterie", qui ne tenait parfois qu'à un papier officiel. Mais généralement, il semble que les corsaires aient privilégié le rançonnement au massacre. 




Encuentro de los españoles contra los pirates


Le pirate a une liberté totale dans le choix de ses victimes, et n'hésitera pas le cas échéant à attaquer ses propres compatriotes. Véritable bandit, ses proies ne se limitent pas aux bateaux et il s'en prend aussi aux villes côtières. Les considérations de tutelle sont moins strictes, et la plupart des pirates sont indépendants. Cela n'empêche pas une hiérarchisation au sein des navires pirates, où les capitaines se doivent de maintenir l'ordre sous peine de voir leur équipage se mutiner.


Boucanier et boucan




Le boucanier est avant tout un chasseur de bétail (bœuf, cochon sauvage), domicilié autour de Saint-Domingue. Les communautés de boucaniers ravitaillent souvent en viande les équipages pirates de passage et peuvent à l’occasion participer à des expéditions. A noter qu'ils popularisèrent la viande "boucanée" après en avoir appris la technique auprès des amérindiens.





Affrontements en mer entre flibustiers et galions espagnols


Quant au flibustier, c'est une sorte d'hybride entre corsaire et pirate. Installés sur l'île de la Tortue au large de Saint-Domingue, les flibustiers ont d'abord prétendu piller les espagnols au nom de leurs rois respectifs. Finalement, les aléas de la politique européenne et les difficultés à se maintenir légalement dans la Caraïbe ont orienté la plupart d'entre eux vers la piraterie. Linguistiquement, le terme évolue de corsaire au XVIIe siècle, à escroc au XVIIIe siècle !



Pirates des Caraïbes


Francis Drake (1542-1596)
Henry Morgan (1637-1688)



Peut-être avez déjà entendu parler d'Henry Morgan et de Francis Drake. Ces deux corsaires d'Albion ont "travaillé" respectivement sous les ordres d'Elisabeth I et Jacques II d'Angleterre. Piraterie, esclavage, pillage de villes et de vaisseaux ont été leurs occupations.







Références bibliographiques 

Pour aller plus loin, voici quelques ouvrages disponibles dans les rayons des bibliothèques de l'Université des Antilles et de la Guyane.

Seymour, Jean-Jacques - Les chemins de proies, une histoire de la flibuste ; Ibis Rouge, 2010. 
Disponible à la BU Guyane, à la BU Pointe à Pitre et à la BU Martinique : 910.45 SEY.

Ducoin, Jacques - Barbe-Noire et le négrier "La Concorde" ; Glénat, 2010. 
Disponible à la BU Saint-Claude et à la BU Martinique : 910.45 DUC.

Oexmelin, Alexandre-Olivier - Histoire des aventuriers, des flibustiers et des boucaniers d'Amérique ; PRNG, 2009. 
Disponible à la BU Pointe à Pitre : 910.45 EXQ.

Woodard, Colin - The republic of pirates being the true and surprising story of the Caribbean pirates and the man who brought them down ; Harcourt, 2008.
Disponible à la BU Martinique : 972.9 WOO.

Ramseier, Mikhaïl W. - La voile noire, l'incroyable aventure des pirates et des flibustiers ; Favre, 2006.
Disponible à la BU Pointe à Pitre et à la BU Martinique : 910.45 RAM.

Moreau, Jean-Pierre - Pirates, flibuste et piraterie dans la Caraïbe et les mers du Sud ((1522-1725) ; Tallandier, 2006.
Disponible à la BU Martinique : 909.6 MOR.

Lapouge, Gilles - Pirates, boucaniers, flibustiers ; Ed. du Chêne, 2002.
Disponible à la BU Pointe à Pitre : 972.9 LAP.

Présenté par Moreau, Jean-Pierre - Un flibustier français dans la mer des Antilles ; Payot & Rivages, 2002.
Disponible à la BU Pointe à Pitre et à la BU Martinique : 910.4 FLI & 972.9 FLI.




Bonne lecture !


IP & NM

Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2013/02/a-labordage-les-pirates-de-la-caraibe.html

vendredi 22 février 2013

Colloque pluridisciplinaire en Guadeloupe

Colloque sur les Représentations du Noir dans la Littérature, l'Histoire et les Arts

Les 28 février, 1er et 2 mars aura lieu à l'Amphithéâtre du Département Pluridisciplinaire de Lettres et Sciences Humaines (DPLSH), au campus du Camp Jacob (Saint-Claude), un colloque sur "Les Représentations du Noir dans la littérature, l'histoire et les arts européens et américains des XVIIIe, XIXe et début XXe siècle". 


L'Université des Antilles et de la Guyane, avec le soutien de la Région Guadeloupe, vous présente cet évènement organisé en partenariat avec plusieurs organismes de recherche le DPLSH, le CRILLASH (Centre de Recherches Interdisciplinaire en Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines), le Centre de Recherches Poétiques et Histoire littéraire de l'Université de Pau, l'EA 127 Modernités et Révolutions - UMS 622 Institut d'histoire de la Révolution française de l'Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne, le G.R.R.E.A. 17/18 (Groupe de Recherches sur les Représentations européennes de l'Afrique aux XVIIe et XVIIIe siècles), et le Mémorial Act.
Les différentes thématiques qui y seront abordées englobent : l'histoire, l'histoire de l'art (la peinture, la sculpture, la photographie, les arts du spectacle ...), la littérature (le roman, la poésie, le théâtre, la presse ...), la musique, le cinéma, le sportle droit  etc.
Quelles sont les représentations du Noir en Europe et dans les Amériques du XVIIIe, XIXe et début XXe siècle ? La place de l'esclavage est très importante dans les représentations du Noir, mais elle ne peut pas être réduite à ce seul aspect. Grâce à ce colloque, il s'agira de définir la forme et la nature des représentations du Noir à la fois dans et hors du champ de la question de l'esclavage ; de voir dans quelle mesure l'imaginaire européen et américain est prisonnier jusqu'à aujourd'hui d'un régime de vérité sur le Noir mis en place dès la fin du XVIIe siècle en Europe.

Pour connaitre le détail du programme, cliquez-ici .

Notez que le mercredi 27 février, une grande conférence publique est organisée en  partenariat avec le projet muséographique régional Mémorial Act.

Sur Manioc et dans le catalogue collectif des périodique Caraïbe - Amazonie, nous avons sélectionné plusieurs documents en relation avec les thèmes du colloque :


Bonne lecture et venez nombreux !

P.C.

Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2013/02/colloque-pluridisciplinaire-en.html

Habitation

Les habitations comme unité spatiale structurante de la société coloniale


Dans le nouveau-monde, une habitation, aussi appelée une "plantation" est un terme désignant les terres cultivées ainsi que les constructions de la propriété. C'est une exploitation agricole en monoculture de produits naturels à fortes valeurs économiques (coton, café, cacao, sucre, tabac...) et destiné aux marchés internationaux.


L'habitation est ainsi au cœur de la société coloniale et contribue pleinement à la vie sociale de cette époque. Au début, le terrain est une concession du roi, il devenait après défrichage, une terre privée appartenant au colon.  La maison du maître, souvent à étage et de dimension importante, était construite en pierre, brique et bois. Au rez de chaussée : une pièce de réception , un bureau et éventuellement quelques autres pièces selon la taille et à l'étage des chambres. Les cases des esclaves quant à elles étaient en torchis avec une seule ouverture pour entrer et sortir. Le colon devait aussi construire des entrepôts, des ateliers de transformation, un moulin ou plus tard, un local pour la machine à vapeur...

Gravue extraite de Chambon, Du commerce de l'Amérique par Marseille, 1764, 2 vol. in 4°, t.1. p. 382
Loin ce cette gravure et des illustrations de cette galerie d'image, les habitations sont un lieu où la violence se substitue à la liberté. Ainsi Augustin Cochin, dans son ouvrage "Histoire de l'abolition de l'esclavage" de 1861 qualifie ainsi les habitations : "Des prisons sans muraille, des manufactures odieuses produisant du tabac, du café, du sucre, et consommant des esclaves."

Sélection d'ouvrages en ligne :

Notes sur les colonies de Surinam et de Demerary
Auteur(s) : Zéni (17..-18..) Soleau, A. (17..-18..) Lagrange (17..-18..)
Année de publication : 1835


Saint-Domingue : la société et la vie créoles sous l'Ancien Régime, 1629-1789
Auteur(s) : Vaissière, Pierre de (1867-1942)
Année de publication : 1909



Collection de mémoires sur les colonies. Tome IV, Et particulièrement sur Saint-Domingue
Auteur(s) : Malouet, Pierre-Victor (1740-1814)
Année de publication : 1802


Collection des mémoires et correspondances officielles sur l'administration des colonies. Tome III, Et notamment sur la Guiane française et hollandaise
Auteur(s) : Malouet, Pierre-Victor (1740-1814)
Année de publication : 1802



Collection des mémoires et correspondances officielles sur l'administration des colonies. Tome II, Et notamment sur la Guiane française et hollandaise
Auteur(s) : Malouet, Pierre-Victor (1740-1814)
Année de publication : 1802

Sélection de vidéos en ligne :

Les activités industrielles de l'habitation Loyola
Auteur(s) : Cazelles, Nathalie
Année de publication : 2010

Slave community foodways on a French colonial plantation : zooarchaeology at Habitation Crève Coeur, Martinique
Auteur(s) : Wallman, Diane
Année de publication : 2011

L'expérience esclavagiste des habitations sucrières de la Caraïbe, un modèle occulté des cités ouvrières
Auteur(s) : Duchene, François
Année de publication : 2011


Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2013/02/habitation.html

lundi 11 février 2013

Répondez à l'enquête !

Aidez-nous à mieux connaître vos pratiques !

Janickaelle Eliza, étudiante en 2eme année de Master info-com a choisi d'étudier les usages de la bibliothèque numérique Manioc. Elle prévoit des entretiens avec les étudiants du campus de Schoelcher ainsi qu'une enquête en ligne à laquelle nous vous demandons de contribuer.

Les résultats de ses recherches contribueront à penser les améliorations à venir...
Répondez à l'enquête en ligne !
Cela ne vous prendra que quelques minutes
Aujourd'hui, notre connaissance des pratiques se fonde principalement sur les statistiques web. 
Ces analyses nous permettront donc d'éclairer de nouveaux aspects des usages, de mieux comprendre vos attentes et d'améliorer les services proposés par notre portail.
Merci d'avance à tous pour votre participation !

AP


Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2013/02/repondez-lenquete.html

vendredi 1 février 2013

Fouilles archéologiques

Sur les traces de nos ancêtres 

Récemment vous avez pu voir dans les médias de Guadeloupe et Martinique, que des fouilles archéologiques ont été entreprises sur la plage des Raisins clairs et la presqu'île de la Caravelle. Quels mystères se cachent sous nos pieds ?


En Martinique, il y a quelques semaines, des ossements humains ont été découverts par un promeneur à la presqu’île de la Caravelle. L’an dernier au même endroit, d’autres ossements avaient été trouvés. S’agit-il d’un squelette d’esclave, d’Amérindien ou autres ? Le mystère reste entier. En Guadeloupe, c'est à la plage des Raisins clairs dans la commune de Saint-François que des sépultures ont été découvertes. Ces fouilles ont permis de découvrir que cette plage était en réalité un cimetière.

Cette actualité nous permet de vous faire découvrir sur Manioc, nos ressources sur les thèmes suivants : l’archéologie, les amérindiens, les fouilles archéologiques, l'ethnographie, la céramique, la paléontologie, l'anthropologie et les derniers trésors que nos archéologues et chercheurs ont trouvé dans la Caraïbe. Donc, à vos pelles et vos râteaux pour déterrer les trésors de Manioc !

Vase Saladoïde
Guadeloupe
300-600 ap. J-C.
Côté vidéos, nous vous proposons de visionner le 24e congrès international de l’Association Internationale d’Archéologie de la Caraïbe (AIAC) qui a eu lieu le 29 juillet 2011. Se tenant tous les deux ans, ce congrès présente les récents travaux des archéologues réalisés dans la Caraïbe et en Guyane. Les communications englobent plusieurs thèmes dont l'art rupestre, la céramique, les artéfacts archéologiques mais également le patrimoine architectural dans les anciennes maisons de maître, les chapelles, les cimetières d'esclaves etc.


Image tirée de l'ouvrage
Description géographique
de la Guiane

de J.-N Bellin
Côté livres, une petite sélection d'ouvrages relatant dans leurs chapitres des premiers habitants des îles de la Caraïbe et de la Guyane.


Sur Etudes Caribéennes, deux articles en rapport avec l'archéologie dans la Caraïbe :

Dans le catalogue collectif des périodiques, retrouvez des articles sur l'archéologie (cliquez-ici) : 
  • André Delpuech, Corinne Hofmal et Menno Hoogland, Archéologie amérindienne en Guadeloupe : recherches récentes et perspectives, Bulletin de la Société d'histoire de la Guadeloupe, n° 109, 01-07-1996, p. 21-38.
  • Maurice Barbotin, Archéologie caraïbe et chroniqueursBulletin de la Société d'histoire de la Guadeloupe, n° 21, 01-01-1974, p. 41-68.
  • Maurice Barbotin, Découverte d'un crâne, fémurs et autres osBulletin de la Société d'histoire de la Guadeloupe, n° 38, 01-10-1978, p. 3-37.
  • Edgar Clerc, Les trois-pointes des sites précolombiens de la côte nord-est de la Grande-Terre, Bulletin de la Société d'histoire de la Guadeloupe, n°15-16, 01-01-1971, p. 41-52.
  • Roger Toumson, Archéologie du métissage, archétypes et prototypes, Portulan : littératures, sociétés, cultures des Caraïbes et Amériques noires, n°4, 01-10-2002, p. 13-30.
  • Gérard Lafleur, Contribution à l'étude du cannibalisme chez les AmérindiensBulletin de la Société d'histoire de la Guadeloupe, n° 109, 01-07-1996, p. 3-20.

Bonne lecture !

PC.


Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2013/02/fouilles-archeologiques.html