Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Donnez votre avis et partagez vos idées pour construire avec nous la prochaine version de la bibliothèque numérique Manioc.
Pour que la future version soit plus adaptée à vos besoins, il nous faut mieux connaître vos pratiques, vos besoins et vos attentes. L'enquête est ouverte jusqu'au 10 juillet. Les résultats seront consultables en temps réel.
Répondez à l'enquête (en quelques minutes, moins de 10 questions).

mercredi 28 novembre 2012

Solitude

Le 29 novembre marquera le deux-cent-dixième anniversaire de la mort de la mulâtresse Solitude



Solitude... Un nom étrange pour une héroïne de la résistance collective et du marronnage guadeloupéen


Née du viol subi par sa mère sur le bateau d'esclaves qui l'emmenait en Guadeloupe, devenue nègre marron à l'adolescence, elle s'illustra en chef de lutte et en maîtresse femme aux côtés de Delgrès, en 1802, après le rétablissement de l'esclavage par Napoléon. Elle fut exécutée le 29 novembre de la même année, au lendemain de son accouchement : l'opportunité de disposer d'un futur esclave n'était pas à négliger...

La question du nom et de l'identité chez Solitude, peu ou pas abordée par l'historiographie guadeloupéenne,
est soumise à l'analyse éclairante du mémoire de maîtrise soutenu à  l'UAG en 1997 par Francesca Faithful, sous la direction de Roger Toumson, "La problématique de la quête identitaire dans la Mulâtresse solitude": "Ayant été acquise à l'idée que sa mère l'a trahie, elle décide de se baptiser du nom de Solitude" (p.30). "Solitude n'est pas un nom, c'est un surnom, une métaphore, une allégorie à la fois de l'exil et de l'abandon". Solitude se nomma d'abord Rosalie, "de sa naissance au marronnage de sa mère", avec laquelle elle vécut les huit premières années de sa vie.


Si les livres d'histoire continuent de n'accorder qu'une place très discrète, voire inexistante à Solitude, les pouvoirs public, aux Antilles et en France, ont à cœur, depuis quelques années, d'honorer et de célébrer le souvenir de cette combattante de la liberté. Depuis 1999, aux Abymes, une statue se dresse fièrement au carrefour de Lacroix, sur le bien nommé boulevard des Héros. 


A Bagneux, en région parisienne, la municipalité a inauguré en 2007 un monument commémoratif conçu par Nicolas Alquin. Quant au ministère de l'Intérieur, lira-t-on sous le même lien, il a lui aussi baptisé de ce nom incertain l'une des salles de réunion de l'Hôtel de Beauvau, siège de ses services...


A lire (disponible à la Bibliothèque de l'Université des Antilles et de la Guyane) :

La mulâtresse Solitude : roman / André Schwarz-Bart. Seuil, 1996

La problématique de la quête identitaire dans la Mulâtresse solitude /  Francesca Faithful. Mémoire de maîtrise en littératures et civilisations de la Caraïbe et des Amériques Noires, sous la dir. de Roger Toumson,  Université des Antilles et de la Guyane, 1997

L'expérience de la solitude chez les héroïnes de Pluie et vent sur Télumée Miracle, de Simone Schwarz-Bart et de La mulatresse Solitude d'André Schwarz-Bart / Cindy Emica, Mémoire de maîtrise en lettres modernes, sous la dir. de Roger Toumson, Université des Antilles et de la Guyane, 2006

Les soeurs de Solitude : la condition féminine dans l'esclavage aux Antilles du 17è au 19è siècle / Arlette Gautier. Presses Universitaires de Rennes, 2010

Reines d'Afrique et héroïnes de la diaspora noire / Sylvia Serbin.  Ed. Sépia, 2004

A écouter :
La mulâtresse Solitude. Rencontre avec Simone Schwar-Bart.  Emission "Ouvert la nuit",    France Inter, 7 décembre 2011

POA



Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2012/11/le-29-novembre-marquera-le-deux-cent.html

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire