Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Donnez votre avis et partagez vos idées pour construire avec nous la prochaine version de la bibliothèque numérique Manioc.
Pour que la future version soit plus adaptée à vos besoins, il nous faut mieux connaître vos pratiques, vos besoins et vos attentes. L'enquête est ouverte jusqu'au 10 juillet. Les résultats seront consultables en temps réel.
Répondez à l'enquête (en quelques minutes, moins de 10 questions).

lundi 30 mars 2015

La fièvre de l'or

La Guyane : une pépite en or



Cette semaine, le blog Manioc vous propose de continuer son tour d'horizon sur la Guyane à travers la thématique de l'or.


La découverte du gisement de l'or débuta au XIXe siècle, transformant ainsi l'économie et la société guyanaise. 

L'aventure aurifère commença en août 1855, lorsqu'une équipe conduit par Félix Couy (commissaire-commandant de l'Approuague) ramena de l'or, lors d'une exploration au Haut-Approuague.
Les premiers chercheurs d'or furent recrutés parmi les anciens propriétaires d'esclaves, qui voulaient se faire reconnaitre par le gouvernement français, comme étant les seuls à pouvoir exploiter les gisements d'or dans la colonie. Malheureusement ce projet fut transformé en la création d'une compagnie : "la compagnie de l'Approuague" dont le but fut d'exploiter uniquement les gisements de la région de la vallée de l'Approuague.

En une trentaine d'année, plusieurs sociétés furent créées. La fièvre de l'or se répandit dans les principales vallées de la colonie : au Carsévène (zone du contesté franco-brésilien) et au Maroni par exemple.
Les conditions d'exploitation et de vie étaient très difficiles à l'époque. Les orpailleurs dépensaient la majeure partie de leurs revenus en ravitaillement. Beaucoup vécurent dans la misère, souffrant de malnutrition. Très peu firent fortune grâce à l'or.
Les techniques utilisées pour extraire l'or étaient rudimentaires : ils utilisaient la pioche, la pelle, la batée et le sluice (voir photos).
Entre 1855 et 1885, les orpailleurs furent principalement des créoles de Guyane et des immigrés sous contrats (africains, indiens et chinois). Puis entre 1885 et 1901, arrivèrent des antillais, des brésiliens et des guyanais de la Guyane hollandaise et anglaise lors des grandes découvertes de l'Awa et du Carsévène.

Quelques chiffres : on estimait entre 7000 orpailleurs en 1906 et 12000 en 1911. Après la Première Guerre mondiale, le nombre d'orpailleur déclina progressivement. En 1936, on en comptait pas plus de 6000.
A partir de 1916, la production d'or diminua à cause de l'épuisement des gisements. Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, l’État tenta de relancer la production aurifère en développant une production industrielle. Mais la conjoncture des années d'après-guerre (baisse du cours de l'or) ne favorisa pas la reprise de la production. La production aurifère devint donc marginale, et la majeure partie des orpailleurs quittèrent les placers.

Récits de voyage :


Divers document sur l'exploitation de l'or, des notes, des décrets, des rapports, des registres miniers .... :

La Compagnie de l'Approuage :

Voici quelques articles sur la Guyane publier sur notre blog :

Bonne lecture sur Manioc !
C.P.

Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2015/03/la-fievre-de-lor.html

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire