Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Donnez votre avis et partagez vos idées pour construire avec nous la prochaine version de la bibliothèque numérique Manioc.
Pour que la future version soit plus adaptée à vos besoins, il nous faut mieux connaître vos pratiques, vos besoins et vos attentes. L'enquête est ouverte jusqu'au 10 juillet. Les résultats seront consultables en temps réel.
Répondez à l'enquête (en quelques minutes, moins de 10 questions).

jeudi 8 mars 2018

Focus Manioc : Marthe Oulié, un destin atypique

À l'occasion de la journée internationale des droits de la femme, présentation d'une femme archéologue, écrivaine, exploratrice, navigatrice.



Marthe Oulié est une des rares femmes écrivains de la collection de livres anciens de Manioc avec Les Antilles, filles de France. Citons par ailleurs Clémence Cassius de Linval, ayant écrit Cœurs martiniquais sous le pseudonyme de Max Jean ; Mireille Maroger qui livra une enquête fouillée sur le Bagne de Guyane digne de celle d'Albert Londres ; ou encore Anne-Marie Martin du Theil pour une étude intitulée Silhouettes et documents du XVIIIe siècle : Martinique, Périgord, Lyonnais, Ile-de-France.

Marthe Oulié (1901-1941) étudie au lycée Molière à Paris et obtient son baccalauréat à seize ans. Elle suit de brillantes études supérieures à la Sorbonne et à l’École du Louvre et devient docteur ès lettres à vingt-deux ans ce qui lui vaut le surnom de la plus jeune archéologue de France. Elle publie sa thèse en 1926 : Le Cosmopolitisme du prince de Ligne, 1735-1814.

En 1925, elle part avec quatre autres jeunes filles pour une croisière sur la Méditerranée entre Marseille et Athènes. Cet équipage presque exclusivement féminin (il y a un jeune garçon) et très jeune (elles ont toutes à peine vingt ans) embarque à bord du voilier Bonita, vieux yawl sans moteur dont c'est le dernier voyage. Ces cinq femmes atypiques, nommées à l'époque des garçonnes, arborant cheveux courts, sont très émancipées de cœur et d'esprit. Outre Marthe Oulié qui deviendra voyageuse et conférencière infatigable malgré des problèmes de santé, sont présentes sur le bateau : Hermine de Saussure, universitaire et capitaine du Bonita ; Ella Maillart, second de bord et qui deviendra écrivaine-voyageuse ; Mariel Jean-Brunhes, géographe, future ethnologue et militante humaniste. Et enfin d'Yvonne de Saussure, sœur aînée d'Hermine accompagnée du seul garçon de l'équipage, par ailleurs frère benjamin des sœurs Saussure : Henri-Benedict.





 
Ces voyages  lui donneront l'occasion d'écrire d'autres ouvrages :

- La croisière de Perlette, 1700 milles dans la mer Égée, Paris : Hachette, 1926, écrit avec Hermine de Saussure et illustré par Henri-Benedict de Saussure
- Bidon 5, en rallye à travers le Sahara, Paris : E. Flammarion, 1931
- Jean Charcot, Paris : Gallimard, 1937

- Finlande, terre du courage, Paris : Flammarion, 1940.

A. F.


Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2018/03/focus-manioc-marthe-oulie-un-destin_57.html

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire