mercredi 14 novembre 2018

Morts pour la France : Livre d'or du Contingent de la Guyane Française à la Grande Guerre (1914-1918)

La glorification des héros de guerre

Cette année, la France commémore le centenaire de l’armistice de 1918, signé le 11 novembre. Il marque la fin des combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918). Les monuments aux morts pour la France, qui s'inscrivent dans le paysage à partir des années 1920, rappellent que de nombreux soldats y perdirent la vie ; mais ce ne sont pas les seuls souvenirs établis pour la glorification des héros de guerre.

Extrait de : Le livre d'or du Contingent de la Guyane française
La loi de conscription aux Antilles-Guyane
La loi de "conscription universelle et obligatoire" ou service militaire obligatoire fut instituée en 1798 en France, pour tous les hommes français âgés de 20 à 25 ans. Mais la loi ne fut étendue aux colonies qu'en 1889 et c'est seulement en 1913, à la veille de la Première Guerre mondiale, qu'elle s'y appliqua réellement. Elle répondait ainsi aux attentes de la classe politique des républicains qui aspiraient à une plus grande assimilation des colonies à la Métropole, tant pour les droits que pour les devoirs ; ce qui impliquait de payer l’impôt du sang comme le rappelle Le livre d'or du Contingent de la Guyane française.

Plus de 3 000 Antillo-Guyanais "morts pour la France" 
Pendant 4 ans, les hommes s'affrontèrent ; les colonies furent mises à contribution surtout à partir de 1915. Difficile de connaître les chiffres exacts des hommes envoyés au front, car les estimations varient d'une source à l'autre. Mais il est sûr que plus de 16 000 hommes de la Guadeloupe, de la Guyane et de la Martinique furent envoyés en France pour combattre. Parmi eux, on compte plus de 3 000 victimes directes de la guerre. Ces victimes, mortes ou non sur le champ de bataille, furent enregistrées dans un fichier en qualité de "mort pour la France". 

Le livre d'or du Contingent de la Guyane française
Au lendemain de la Grande Guerre, un projet de livre d'or fut prévu dans la loi du 25 octobre 1919 "relative à la commémoration et à la glorification des morts pour la France au cours de la Grande Guerre". Il devait être composé du recensement des soldats morts pour la France entre le 2 août 1914 et le 24 octobre 1919. Dans la base Manioc.org, vous pouvez découvrir le livre d'or de la Guyane française. Publié en 1924, il débute par un texte d'Henri Lavedan, journaliste et auteur dramatique français, membre de l'Académie française depuis 1898. Puis le livre se poursuit par un autre texte signé d'Henri Simon, ministre des Colonies de novembre 1917 à janvier 1920Bien qu'élogieux sur le rôle des combattants des colonies, les rédacteurs ne sont pas à l'abri des stéréotypes colonialistes et racistes de l'époque. On y évoque par exemple les "peuplades noires, grands enfants au cœur d'or", "la différence des races". On peut aussi y voir les préoccupations autour des rôles possibles des colonies dans le cadre de la guerre.

Pour nombre de généalogistes, le livre d'or est aussi l'occasion de suivre le destin d'un ancêtre. Outre les listes nominatives des classes 1912 et 1913, les régiments, les grades et une citation valorisante accompagnent le nom des héros cités, blessés, décorés. Pour ceux "morts pour la France", une liste par commune en donne les noms et prénoms.








Livre ancien sur Manioc
Livre d'or du contingent de la Guyane française à la Grande Guerre 1914-1918 : morts pour la France, blessés, cités, décorés

Rétroblog sur la Première Guerre mondiale
Armistice : guerre et paix...
11 novembre (article de 2015)
11 novembre (article de 2014)

JP

Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2018/11/morts-pour-la-france-livre-dor-du.html

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Si on compare les noms avec les registres matricules, certains manquent, comme les frères Amilcar...une idée de la raison de cette disparition? (les fiches anonymes ne semblent pas correspondre...)

le Blog Manioc a dit…
Ce commentaire a été supprimé par son auteur.
le Blog Manioc a dit…

Bonjour,
Il y a probablement plusieurs possibilités : pour l'individu dont le décès ne figurerait pas dans la liste, il peut s’agir d'un décès hors du calendrier utilisé pour récupérer les données ou un décès considéré comme hors du cadre de la guerre (maladie). Pour les autres personnes citées, il est possible que les sources transmises pour l'élaboration du livre n'aient pas été correctement mises à jour. Il peut aussi s’agir de négligence ou d’erreur (y compris une modification de la graphie des noms).
Peut-être trouverez-vous d’autres pistes d’explication dans l’article d’Anne Lebel ; il s’intéresse spécifiquement à la Guadeloupe, mais aborde le même thème.
Lebel, A. (2014). Comment écrire l’histoire des soldats guadeloupéens morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ?. Bulletin de la Société d'Histoire de la Guadeloupe, (168), 235–245. https:// doi.org/10.7202/1026855ar
JP

Publier un commentaire