Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Donnez votre avis et partagez vos idées pour construire avec nous la prochaine version de la bibliothèque numérique Manioc.
Pour que la future version soit plus adaptée à vos besoins, il nous faut mieux connaître vos pratiques, vos besoins et vos attentes. L'enquête est ouverte jusqu'au 10 juillet. Les résultats seront consultables en temps réel.
Répondez à l'enquête (en quelques minutes, moins de 10 questions).

lundi 1 août 2011

De Jean-Marc Rosier à Jean-Paul Bertrand

Hommage à mon premier éditeur

Jean-Paul Bertrand  est mort. Dans la nuit du mardi 12 au mercredi 13 juillet  2011. Il avait  68 ans.
Je le savais malade, un an plus tôt, le 2 juillet 2010, l’ami Robert Piccamiglio me l’avait annoncé en ces termes : « Jean-Paul est en train de faire face à une sale maladie... C'est ce combat-là qu'il doit mener en ce moment. » Combat : Robert, écrivain et dramaturge, ce mot-là, il en connaît l'à-propos s’agissant de la vie de Jean-Paul Bertrand, il sait combien il a fait le mérite de l’éditeur et a donné du prix à son amitié. Mais qui était Jean-Paul Bertrand ? Pour beaucoup, un éditeur éclectique, « défiant selon Fanny Espargillière du Nouvel Observateur, les diktats implicites du politiquement correct, choqu[ant] par sa criante indépendance, son apolitisme militant. » Pour d’autres, dixit «l’infréquentable» Marc-Édouard Nabe reprenant pour les contredire les bassesses de ses détracteurs : «grand manitou franc-maçon, patron d'une secte d'eunuques égyptiens, blanchisseur d'argent congolais, dealer de champignons hallucinogènes pour Moon, trafiquant de clitoris monégasques, et j'en passe! » Et pour d’autres heureusement, prenant le contre-pied de ces insanités, un grand éditeur, patron des éditions du Rocher (on lui doit entre autres la réédition des classiques Strindberg, Malaparte, Dumas et Bernanos) puis des éditions Alphée, un découvreur de talents (Philippe Delerm, Marc-Édouard Nabe, Michel Houellebecq, Daniel Picouly et le prolifique Christian Jacq.), un mystique, rien qu’un ami.

Pour moi, écrivain martiniquais, Jean-Paul Bertrand que j’appelais très respectueusement et avec admiration, Monsieur J-P.B., est celui qui a aimé mon premier roman Noirs Néons au point de le publier et de l’offrir à bon nombre de ses amis, dont Robert. Pour cette confiance qu’il m’a faite, par ces quelques mots, Jean-Paul Bertrand, Monsieur J-P.B., je vous présente l'hommage de mon profond respect et de toute ma reconnaissance.

Jean-Marc Rosier

Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2011/08/de-jean-marc-rosier-jean-paul-bertrand.html

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire