Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Donnez votre avis et partagez vos idées pour construire avec nous la prochaine version de la bibliothèque numérique Manioc.
Pour que la future version soit plus adaptée à vos besoins, il nous faut mieux connaître vos pratiques, vos besoins et vos attentes. L'enquête est ouverte jusqu'au 10 juillet. Les résultats seront consultables en temps réel.
Répondez à l'enquête (en quelques minutes, moins de 10 questions).

mercredi 26 septembre 2012

L'insurrection du Sud de la Martinique en 1870

L'insurrection du Sud : un épisode historique, sanglant et symbolique de l'histoire de l'île qui fait écho dans notre société actuelle



En Février 1870 eut lieu un fait divers à Rivière-Pilote en Martinique. Augier de Maintenon, aide commissaire de la Marine, cravache le noir Lubin pour une raison futile. Celui-ci se venge deux mois plus tard, mais cette réplique fera alors l'objet d'un procès qui condamne Léopold Lubin au bagne.

Mal accepté par la population locale, cet épisode déclenche en Septembre 1870 plusieurs journées de troubles. Dans tout le Sud de la Martinique se déclarent des incendies d'habitations et des meurtres. Les insurgés seront pourchassés, jugés et parfois exécutés par les autorités. 

En cause sous-jacente, il faut y voir l'inégalité persistante de traitement entre les noirs et les blancs, héritière des stéréotypes esclavagistes. L'incident prend donc une valeur symbolique forte, vécue par la population noire du Sud comme un rappel à l'ancienne condition servile, à l'humiliation sans recours. Les promesses d'égalité républicaine de 1848 on fait long feu, et les pratiques discriminantes comme le livret et le délit de vagabondage tendent à exercer un contrôle strict sur les déplacements des noirs.



L'insurrection a souvent été utilisée dans le discours des militants nationalistes martiniquais, qui ont contribué à l'intégrer à l'histoire collective.  La célébration de l'évènement sert à la valorisation d'un passé mythifié, symbolise la lutte contre l'oppression et mobilise les esprits par l'appel au respect du sacrifice des ancêtres. L'origine du drapeau "Noir Rouge Vert" indépendantiste trouverait en outre son origine dans cet épisode, bien que nul travail historique complet ne semble avoir été établi à ce sujet.

D'un autre côté, nous pouvons avoir une vision plus sociale des faits, lesquels nous ramènent à un conflit de classes, entre possédants et travailleurs. Ce proto-prolétariat agricole en lutte armée contre les inégalités salariales et les mauvais traitements a également influencé les syndicalistes des époques ultérieures, dans leur lutte pour les acquis sociaux ... Après les révoltes d'esclaves, c'est le premier épisode d'envergure marquant l'opposition aux mauvaises conditions de vie de la population noire rurale, majoritaire dans l'île.



Par ailleurs, Lumina Sophie, qui fut l'une des protagonistes de l'insurrection, est devenue une personnalité reconnue et intégrée à la société martiniquaise. 

Symbole de femme forte pour les féministes de l'Union des Femmes, son nom baptise le lycée professionnel de Batelière à Schœlcher et également la tour de la Pointe Simon à Fort-de-France. Enfin, notons la tenue de trophées Lumina plus tôt cette année pour récompenser les talents de la jeunesse. 

Si les avis sont partagés sur ces divers usages, le personnage de Lumina est en tout cas devenu "LA" femme résistante martiniquaise, comme peut l'être la mulâtresse Solitude en Guadeloupe.



Les événements sont différemment perçus selon les époques, et selon les intérêts de ceux qui les présentent.


Ainsi, vous pouvez consulter ces deux documents issus de Gallica, la bibliothèque numérique française. Ils nous renseignent sur le point de vue des autorités à cette époque et sont donc précieux pour la recherche. Mais ils nous permettent aussi de relativiser, car nous sommes prompts à regarder le passé au travers de nos préoccupations actuelles.


Pour ceux qui souhaitent en savoir plus, voici quelques titres écrits à ce sujet :

  • ADELAIDE-MERLANDE Jacques, Les origines du mouvement ouvrier en Martinique, Editions Karthala, 2000.
  • ARMAND Nicolas, L'insurrection du sud à la Martinique, Impr. Populaire, 1970.
  • CORBIN Henri, Le Sud Rebelle, La Ceiba, 1990.
  • JONAZ Josien (Editorial d'ARMAND Nicolas), Dignité et réhabilitation des insurgés de l'insurrection du Sud de 1870, Editions Nécessité, 2013 (version en ligne).
  • JOZ, 1870, l'insurrection du Sud à la Martinique, J. Clavot, 2010.
  • PAGO Gilbert, L'histoire tragique de Marie-Philomène Roptus dite Lumina Sophie dite Surprise, 1848-1879, femme-flamme de l'insurrection du sud de 1870 en Martinique, Ibis Rouge, 2008.
  • PAGO Gilbert, L'insurrection de Martinique, 1870-1871, Syllepse, 2011.
  • Parti Progressiste Martiniquais, L'insurrection du Sud : le courage de nos ancêtres, PPM, 1970.


Bonne lecture !

I.P.

Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2012/09/linsurrection-du-sud-de-la-martinique.html

1 commentaires:

Solene a dit…

La route vers la liberté et la libération a été sinueuse autant en Martinique qu'en Guadeloupe,
merci pour ce retour historique

Enregistrer un commentaire