Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Donnez votre avis et partagez vos idées pour construire avec nous la prochaine version de la bibliothèque numérique Manioc.
Pour que la future version soit plus adaptée à vos besoins, il nous faut mieux connaître vos pratiques, vos besoins et vos attentes. L'enquête est ouverte jusqu'au 10 juillet. Les résultats seront consultables en temps réel.
Répondez à l'enquête (en quelques minutes, moins de 10 questions).

lundi 11 janvier 2016

Littérature caribéenne

La littérature caribéenne à l'honneur sur Manioc



En ce début d'année, la bibliothèque numérique Manioc vous propose de découvrir et de partager des documents sur la littérature caribéenne, une thématique très appréciée de nos chercheurs et internautes. Bonne découverte !

Toute l'équipe Manioc vous souhaite une merveilleuse année 2016 !


Quelques romans numérisés : 

  • Jean Max, Cœurs martiniquais, Paris, E. Figuière, 1919, 157 pages.
    Signé sous le pseudonyme de 
    Jean Max, cet ouvrage a été écrit par Clémence Cassius de Linval. Née à Saint-Pierre en 1880, elle fut le témoin des derniers instants de la ville de Saint-Pierre avant l'éruption de la montagne Pelée (1902). Elle perdit quasiment toute sa famille dans cette catastrophe. Dans cet ouvrage, elle souhaitait perpétuer le souvenir de ceux qui avaient péri lors de l'éruption en 1902 comme sa sœur Xavier, née Marie Cassius de Linval, directrice de l'orphelinat Sainte-Anne. Un ouvrage donnant une vision réductrice de la ville et de ses habitants : "un point de vue aristocratique" [...] "un Saint-Pierre blanc" (ref. Dictionnaire encyclopédique Désormeaux. Tome 2). En effet, dans son roman, l'auteur ne mentionne jamais la population noire et libre de couleur (ref. Les catastrophes naturelles aux Antilles. D'une Soufière à l'autre sous la direction d'Alain Yacou, éditions Karthala - CERC, 1999, pages 88-90. Quelques paragraphes se référant à l'ouvrage de Mme Cassius de Linval).
  • Lafcadio Hearn, Youma : roman martiniquais, Paris, Les libertés françaises, 1937, 155 pages.
  • Léon Belmont, Mimi : mœurs guadeloupéennes,  Étampes, M. Dormann, 1911, 153 pages.
    Le romancier Léon Belmont nous propose des descriptions détaillées du travail des champs et de la vie pointoise. D'autres ouvrages de l'auteur sont consultables sur Manioc : cliquez-ici.
  • Louis-Charles Royer, Vaudou, Paris, Les éditions de Paris, 1944, 228 pages.


Articles : 


  • Rafael Lucas, La littérature caribéenne et l'exil : la migration des imaginaires, Cultures sud, n° 168, 01-03-2008, p. 178-189.
  • Marie-José N'zengou-Tayo  et Mona Kingston, Le thème de la plantation de canne à sucre dans la littérature antillaise: comparaison entre Haïti et les Antilles françaises , Études guadeloupéennes (Abymes), n° 5, 01-02-1992, p. 147-159.
  • Gilbert Gardes, "Nicolas Germain Léonard, 1744-1793, écrivain guadeloupéen, 250e anniversaire de sa naissance et réédition de son roman ""Lettres de deux amants""", Bulletin de la Société d'histoire de la Guadeloupe, n° 103, 01-01-1995, p. 65-74.
  • Philippe Chanson, Identité et Altérité chez Edouard Glissant et Patrick Chamoiseau, scripteurs visionnaires de la Parole créole, Recherches Haïtiano-antillaises, n° 3, 2005, p. 65-89.
  • Janeth Olga Casas, La historia versus las historias en la novelas de Patrick Chamoiseau, Archipélies, n° 2, 2011, p. 203-215.
  • Michel Hippon, Césure du siècle et orientations romanesques aux Antilles et en Guyane ; 1940-1950, Études guadeloupéennes (Abymes), n° 6, 01-04-1994, p. 154-162.

Bonne lecture !
C.P.

Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2016/01/litterature-caribeenne.html

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire