Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Donnez votre avis et partagez vos idées pour construire avec nous la prochaine version de la bibliothèque numérique Manioc.
Pour que la future version soit plus adaptée à vos besoins, il nous faut mieux connaître vos pratiques, vos besoins et vos attentes. L'enquête est ouverte jusqu'au 10 juillet. Les résultats seront consultables en temps réel.
Répondez à l'enquête (en quelques minutes, moins de 10 questions).

samedi 27 mai 2017

Ottobah Cugoano

Récit d'un ancien esclave devenu libre ...



Manioc vous propose de découvrir l'histoire d'Ottobah Cugoano, ancien esclave devenu libre qui a écrit à la fin du XVIIIe siècle l'un des premiers textes abolitionnistes.



En 1787, un ancien esclave, Ottobah Cugoano, connu également sous le nom de John Stuart, publie à Londres Thoughts and Sentiments on the Evil and Wicked Traffic of the Slavery and Commerce of the Human Species, Humbly Submitted to the Inhabitants of Great-Britain, by Ottobah Cugoano, a Nativ of Africa.
Il s’agit du premier écrit, rédigé par un noir, contre l’esclavage.  publié l’année de la formation du Comité de Londres pour l’Abolition de la Traite. Ce texte figure parmi les textes majeurs cités par Thomas Clarkson, John Wesley et James Ramsay. Il a été traduit en français en 1788 sous le titre Réflexions sur la traite et l'esclavage des Nègres.


Ottobah Cugoano est né vers 1757 à Ajumako, actuel Ghana. Il fut enlevé et réduit en esclavage à l'âge de 13 ans. Il fut déporté vers une plantation de l'île de le Grenade. 

" [...] j'ai souvent tremblé et versé des larmes; j'étais meilleur que plusieurs de nos maîtres. J'ai vu souvent des Nègres rendus stupides par la bastonnade et les coups de fouet, ou harassés par un travail pénible et épuises par la faim, manger des cannes à sucre ou commettre des fautes semblables ; je les ai vus punis par le fouet, ou frappés sur la face jusqu'à ce que leurs dents fussent fracassées. On leur cassait les dents pour qu'ils servissent d'exemple et pour qu'ils ne mangeassent plus de cannes à sucre. [...] j'ai vu l'indignité, la brutalité, la barbarie...". (Réflexions sur la traite et l'esclavage des Nègres, pp.33-34).

En 1772, il fut racheté par Alexander Campbell qui l'emmena en Angleterre. Quelques années plus tard (entre 1784-1788), on le retrouve au service de Richard Cosway, peintre auprès de la cour du Prince de Galles. Il devra au couple Cosway son affranchissement.  En Angleterre, Ottobah Cugoano fut baptisé et éduqué dans la foi chrétienne par ses maîtres. Baptisé en 1773 à Saint Jame's Church sous le nom de John Stuart. A l'école, il apprit à lire et à écrire.
"Grâce à Dieu, j'ai été délivré de la Grenade et de l'esclavage. Un Anglais me prit à son service (depuis, il m'a rendu ma liberté); je sentis bientôt que mon sort était plus agréable. A notre retour en Angleterre, je vis écrire et lire, et j'eus le plus grand désir de me procurer ces appuis. Je m'appliquai seul à apprendre à lire et à écrire, et bientôt ces occupations furent ma récréation, mes plaisirs et mes délices." (Réflexions sur la traite et l'esclavage des Nègres, pp.34-35).


En Angleterre, Ottobah rencontre Olaudah Equiano, ancien esclave, intellectuel et ardent défenseur de la cause des noirs. Tous les deux créent une société abolitionniste The sons of Africa, qui a pour but de dénoncer les crimes et atrocités commises par les colons, les trafiquants d’esclaves et/ou les capitaines de négriers...


En ligne


Bonne lecture !
C.P.


Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2017/05/ottobah-cugoano.html

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire