mardi 6 juin 2017

Focus Manioc : Ali Tur (1889-1977)

L’identité architecturale de l’Etat en Guadeloupe



A la suite de notre volet Villes d'Art et d'Histoire en Guadeloupe, Manioc vous propose un focus sur l'architecte parisien Ali Tur qui a été mandaté pour reconstruire les édifice publics en Guadeloupe, suite au cyclone du 12 septembre 1928. Entre 1929 et 1937, 120 édifices ont été réalisés par l'architecte ...Bonne découverte !


Ali Georges Tur est né le 20 février 1889 à Tunis, d'un père fonctionnaire envoyé y refaire la voirie. Mobilisé en 1914 alors qu’il étudie aux Beaux-Arts, puis diplômé en architecture après la guerre, il gagne le grand prix de la décoration de la fondation Rougevin et intègre en 1925 la liste des 10 architectes du ministère des colonies.

En 1928, la Guadeloupe est dévastée par un cyclone. Lors d’un séjour à Paris, le gouverneur Tellier rencontre Ali Tur et le choisit comme architecte chargé de la reconstruction de l’île. De plus, à l’approche du tricentenaire de l’occupation française, il s’agit de lui "offrir un autre visage". Les deux hommes y arrivent le 22 mars 1929.

Il s’agit de "construire le plus vite possible et le plus économiquement possible". Un contrat de 4 ans est établi le 1er Avril "pour la réalisation de divers bâtiments gouvernementaux" pour un montant de 40 millions d’anciens francs. C’est un emprunt total de 125 millions de francs que la colonie effectue pour se procurer les matériaux nécessaires auprès de l’Allemagne. Des cadres et techniciens, majoritairement italiens, sont déménagés vers les Antilles pour former la main d’œuvre locale au béton armé. Ali Tur décide de mettre en place une procédure d’appels d’offres, permettant à de nombreuses entreprises de travaux publics de s’installer sur le territoire.
Des enseignements des savoirs météorologiques de l’exposition coloniale de 1928 en tête, le style Ali Tur, qui mêle arts déco et béton, montre que le risque cyclonique et les conditions climatiques des Antilles sont bien connus de l’architecte qui ne se croit pas en Afrique. Ses constructions dialoguent avec les paysages et les Alizées. À Basse-Terre, il signe, entre autres, le palais du gouverneur, celui du Conseil général, le palais de justice. Sur le reste du territoire également : mairies à Pointe-Noire, Anse Bertrand, Lamentin et Baillif, églises de Sainte-Anne et de Baie-Mahault, bureaux de poste de Bouillante et de Vieux-Habitants et bien d’autres édifices.

Entre 1931 et 1937 soit deux ans de plus que prévu à force de nouvelles commandes et travaux, Ali Tur aura réalisé environ cent vingt bâtiments, pour un coût total de 50 millions de francs supplémentaires à la commande initiale. Il est d’ailleurs en 1938 en procès face au gouvernement de la colonie à ce sujet et l’emporte. Le début de la guerre l’année suivante met un frein aux travaux d’Etat et au remboursement de son indemnisation. Il s’éteint le 26 septembre 1977.

Cinq édifices (Hôtel de la préfecture de la Guadeloupe, le Palais du Conseil général, Le Palais de Justice, L'Hôtel de ville de Pointe-Noire et l'Eglise Saint-André de Morne-à-l'eau) sont tout de même protégés en 1991 à l'occasion d'une campagne thématique sur l'oeuvre de cet architecte en Guadeloupe. Il est l’introducteur de l’architecture moderne en Guadeloupe, jouant des constructions traditionnelles locales et du courant classique. Aux abords surprenants, ses immeubles fonctionnels ont eu un grand impact sur le patrimoine guadeloupéen.


Sur Manioc

Autres sources 
  • Sophie Paviol, Ali Tur, un architecte moderne en Guadeloupe, in Culture et Recherche, Patrimoines des outre-mer, n° 126, Hiver 2011-2012, p. 39-40.
  • Sophie Paviol, Ali Tur, un architecte moderne en Guadeloupe, Infolio, 2014, 169 pages.
  • Jean Michel Guibert, Ali Tur, vidéo, Architectes du patrimoine.
  • Michèle Robin-Clerc, Guadeloupe - Années 30, Ali Tur. L'architecte d'une reconstruction, Région Guadeloupe , Somogy, éditions d'art, 2015, 247 pages.
  • Dominique Amouroux,  Ali Tur, l'architecte et le cyclone : Guadeloupe 1928, Nouvelles éditions JMP, 2016, 84 pages.
  • Christian Galpin, Ali Tur architecte, 1929-1937 : itinéraire d'une reconstruction, Conseil général de la Guadeloupe, 1991, 8 pages.

Bonne lecture ! 
A.S.





Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2017/06/focus-manioc-ali-tur-1889-1977.html

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire