Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Dessinons ensemble le futur de la bibliothèque numérique Manioc !

Donnez votre avis et partagez vos idées pour construire avec nous la prochaine version de la bibliothèque numérique Manioc.
Pour que la future version soit plus adaptée à vos besoins, il nous faut mieux connaître vos pratiques, vos besoins et vos attentes. L'enquête est ouverte jusqu'au 10 juillet. Les résultats seront consultables en temps réel.
Répondez à l'enquête (en quelques minutes, moins de 10 questions).

jeudi 22 juin 2017

L'incendie du 22 juin 1890 à Fort-de-France

Manioc je me souviens : l'incendie du 22 juin 1890


Un quartier de Fort-de-France
après l'incendie
Source Manioc

Le 22 juin 1890, un incendie ravagea une grande partie de la ville de Fort-de-France. Retour sur cet événement tragique à travers quelques témoignages de l'époque.


L'incendie débute dans un immeuble de la rue Blénac. L'histoire En jouant au ballon avec ses camarades, le jeune Omer renverse malencontreusement le réchaud embrasé. Le charbon enflammé est projeté dans la pièce sur plusieurs vêtements. Le feu se propage en quelques minutes dans toute la chambre et rapidement dans les autres pièces de l'immeuble.

Un malheur n'arrivant pas seul, la ville manquait cruellement d'eau. En effet, cette année-là, un forte sécheresse avait vidé les bassins et asséchés les rivières. En arrivant sur les lieux, les pompes municipales, de l'artillerie et de l'infanterie ne suffisent pas à éteindre le feu. Après la rue Blénac, se sont les rues Victor Hugo et Saint-Louis qui sont embrasées.

Très vite les autorités décident de démolir plusieurs maisons afin de circonscrire les flammes. Entre temps des militaires et des pompes arrivent de Saint-Pierre. La décision fut prise par les autorités que toute une ligne de maisons de la rue des Capucins à la rue du Fossé sera détruite. 
"Vers midi, Saint-Pierre envoyait par mer ses pompes et une compagnie de sapeurs pompiers. Mais déjà le fléau avait détruit le marché et, les rues qui l’environnaient, la rue Blénac, le rue Victor Hugo, la rue Isambert, les rues Saint-Louis et Sainte-Catherine ne formaient qu’un affreux tourbillon de flammes autour de l’église qui s’embrasait également. Le clocher fut dévoré en un clin d’œil et on entendit le carillon entier s’effondrer, défoncer le plancher dans sa chute et se briser sur le sol avec un bruit pareil à un glas déchirant. L’hôpital civil n’existait plus, l’usine de la Pointe-Simon était en feu, la bibliothèque Schœlcher, l’école des filles et la mairie étaient en danger. Le palais de justice et la direction de l’intérieur étaient menacées". (Garaud Louis, Trois ans à la Martinique : études des mœurs, paysages et croquis, profils et portraits, Paris, A. Picard et Kaan, 1895, pages 258-259).
Malgré toutes ces tentatives, l'incendie prend de l'ampleur, il se dirige vers la partie militaire et administrative de la ville (la caserne, la prison et le presbytère). La lutte contre l'incendie dure toute la nuit, il n'est définitivement circonscrit qu'au petit matin du 23 juin 1890.

Fort-de-France est un champ de ruines. On dénombre une vingtaines de morts. 8000 personnes se retrouvent sinistrées. 1500 propriétés sont détruites pour une valeur de 8 millions de francs. Parmi les grands bâtiments détruits on compte, la bibliothèque Schœlcher, l'usine de la Pointe Simon, l'hospice, les postes et télégraphes, la cathédrale de Fort-de-France, les douanes ...
"La ville a été détruite dans le centre riche et commerçant et dans le quartier pauvre de la population ouvrière. Il ne reste rien des usines, des chantiers et des magasins qui longeaient le bord de la mer. L’église, l’hôpital civil, la bibliothèque Schœlcher, la mairie, l’école des filles n’existent plus. Le feu marchant rapidement contre le vent d’est qui soufflait violemment, a dévoré, sans épargner une maison du haut en bas de la ville, les rues Blénac, Victor Hugo, St-Laurent, St-Louis, Ste-Catherine et Fossé". (Contour Solange, Fort-de-France au début du siècle, Paris, L’Harmattan, 1994, page 107).


Bonne lecture ! 
C.P.


Lien vers l'article : http://blog.manioc.org/2017/06/lincendie-du-22-juin-1890-fort-de-france.html

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire